Actualités télétravail, archives, Non classé

Pierre MOREL A L’HUISSIER remet au Premier Ministre un rapport sur le télétravail en France

Selon le rapport de la Mission sur le développement du télétravail auprès des Ministères de l’Economie, de la Réforme de l’Etat et de l’Emploi et de la Cohésion sociale, remis par le Député de la Lozère, Pierre Morel A l’Huissier, au Premier Ministre le 7 novembre dernier, la France accuse un retard dans l’utilisation des technologies numériques pour le travail à distance : 7% de la population active sont concernés, contre 13% en moyenne dans l’ancienne Europe des Quinze. Une situation « préjudiciable », estime le Député, car le télétravail répond au « souhait social » de mieux équilibrer vies privée et professionnelle. Il est, de plus, un « facteur d’accroissement de la productivité », contrairement aux réticences des chefs d’entreprises. Enfin, le télétravail est considéré comme un outil au service de l’aménagement du territoire. Il permet, à travers la répartition harmonieuse de télécentres – espaces de bureaux à disposition des salariés ou des travailleurs indépendants, équipés et connectés – de « maintenir une population dans les zones rurales défavorisées » et d’y « revitaliser l’activité économique ». L’intérêt du télécentre réside principalement dans sa souplesse d’utilisation et la diversité des services associés à la mise à disposition de bureaux. Le retard de la France n’est donc pas imputable au niveau d’équipement des territoires qui sont invités à se doter de locaux adaptés à travers un appel à projet de la Délégation Interministérielle à l’Aménagement et à la Compétitivité des Territoires – DIACT. Pas plus aux cadres législatifs et parlementaires qui ont récemment évolué. En Lozère, POLeN bénéficie du label « Télécentre » de la DIACT et propose des bureaux et des services adaptés aux télétravailleurs. Les véritables freins, insiste le rapport, « relèvent des mentalités et d’une organisation du travail qui tarde à capitaliser les avantages offerts par les nouvelles technologies ». Le télétravail suppose, en effet, d’avoir confiance en ses salariés, de faire évoluer l’organisation du travail vers plus de souplesse et de transparence et d’adapter les outils de management. Trop souvent, le télétravail se développe au cas par cas, au grè d’arrangements entre un salarié et sa hiérarchie. Pour remédier à cette situation, le rapport appelle le Gouvernement à « faire sortir de télétravail de la clandestinité » en diffusant des guides de bonnes pratiques, en lançant une vaste campagne de communication et en l’encourageant, par souci d’exemplarité, dans la fonction publique. Source : POLeN http://www.lesechos.fr Liens : http://www.pierre-morel.fr/travaux-parlementaires.php http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/064000819/index.shtml