Non classé – POLeN

Your address will show here +12 34 56 78
A travers une convention signée en 2010, les deux partenaires se sont engagés à élaborer des outils et à promouvoir le télétravail. Les rencontres organisées ce 28 octobre à Aumont-Aubrac sous l’égide du député Pierre Morel à l’Huissier, auteur d’un rapport sur le sujet, bénéficient du soutien de l’Etat, du Conseil général de la Lozère et de Cybermassif. Elles sont le point d’orgue d’une année de réflexions et d’actions sur le développement des nouvelles formes de travail en milieu rural.A l’occasion de cet évènement fédérateur, un annuaire des télétravailleurs liés à la Lozère sera mis en ligne sur le site internet www.solozere.com. SoLozère ! deviendra, après ce lancement officiel, l’espace communautaire ou se retrouveront les entreprises et les télétravailleurs, salariés ou indépendants, pour mieux se connaitre, se faire connaitre, échanger et collaborer sur des problématiques communes. L’ensemble des contenus élaborés par le Centre de Ressources en Technologies Numériques de POLeN, animé par Lozère Développement, et la MDECS seront progressivement mis en ligne sur le site.Cette journée doit permettre, à travers les interventions d’experts particulièrement mobilisés sur le sujet depuis de nombreuses années, de montrer au plus grand nombre que les difficultés du début sont aujourd’hui dépassées. Les nouveaux outils de travail, les nouvelles formes de collaboration et de management, notamment permises par les média sociaux et les technologies numériques, ont changé la donne du télétravail.Alors que les intervenants de cette journée insisteront sur le pas que de nombreuses entreprises s’apprêtent à franchir en direction d’un cadre de travail multiforme, les acteurs du développement économique en Lozère mettront en avant l’environnement instauré dans le département pour accompagner ces évolutions et en faire bénéficier leur territoire.Plus d’informations sur le site web de SoLozère : http://www.solozere.com
0

La facturation électronique et la dématérialisation fiscale sont souvent citées comme des éléments clés de réduction des coûts administratifs d’une entreprise. Le coût de traitement d’une facture papier entrante est généralement estimé entre 14 et 20 € (selon une statistique d’IDC, les services comptables consacrent 30 % de leur temps à la saisie des factures fournisseurs). Le coût d’une facture émise est compris entre 5 et 10 €. Pour une facture électronique ce coût se situe entre 40 et 45 centimes d’euros.Le Code Général des Impôts fixe les conditions de la dématérialisation fiscale des factures. Deux possibilités distinctes s’offrent aux entreprises. La dématérialisation électronique ou de gestion et la dématérialisation fiscale.Pour les factures dématérialisées en EDI (Echange de Données Informatisé), l’article 289 bis du code général des impôts (CGI) stipule que « seules les factures transmises par voie électronique qui se présentent sous la forme d’un message structuré selon une norme convenue entre les parties, permettant une lecture par ordinateur et pouvant être traité automatiquement et de manière univoque, constituent (…) des documents tenant lieu de factures d’origine. Les informations émises et reçues doivent être identiques ». Pour les fichiers EDI et XML, il est imposée aux entreprises de doubler la transaction EDI par l’envoi d’un original papier, soit de respecter trois critères stricts permettant de s’affranchir du double papier :- l’expéditeur et le client doivent conserver l’original électronique dans un coffre-fort électronique ,- ils doivent établir une liste quotidienne des factures échangées ,- l’entreprise doit conserver une liste précise des entreprises et organismes avec lesquels s’échangent des factures.Le format le plus adapté aux entreprises traitant un volume moyen de factures, reste l’émission et le traitement de factures signées numériquement. La dématérialisation fiscale peut en effet être simplement mise en place, dès que l’entreprise dispose d’un certificat électronique (signature numérique). Ainsi pour les factures dématérialisées via des PDF signés, c’est l’article 289-V du CGI qui s’applique: « les factures peuvent, sous réserve de l’acceptation du destinataire, être transmises par voie électronique dès lors que l’authenticité de leur origine et l’intégrité de leur contenu sont garanties au moyen d’une signature électronique. Les factures ainsi transmises tiennent lieu de facture d’origine (…) ».Source :Lozère Développementhttp://www.zdnet.fr http://www.industrie.gouv.fr
0

Au début de l’ère industrielle chaque entreprise produisait elle-même son énergie. Aujourd’hui, la production et la distribution de l’électricité s’appuient sur de puissants réseaux. De même, l’informatique passe progressivement d’un mode de production et d’exploitation local (serveur hébergé et exploité dans l’entreprise, maintenance réalisée par des équipes internes,…) à un mode organisé, permettant aux utilisateurs de consommer des ressources en fonction de leurs besoins. L’évolution des réseaux informatiques (haut et très haut-débit) et des technologies innovantes, rendent aisé l’accès à de nombreuses ressources (puissance de calcul, applications, environnements de travail, services …) à partir d’un simple navigateur.Les nouvelles technologies d’externalisation des services ou des infrastructures informatiques sont donc un nouveau levier d’amélioration de la compétitivité des entreprises. Mais cette évolution est encore perçue, parfois à juste titre, comme un risque, par les chefs d’entreprise. Les petites et moyennes entreprises – TPE – PME – sont les premières bénéficiaires de ces offres. En effet, cette nouvelle offre de services informatiques, repose sur le modèle de location à la demande, avantageux à petite échelle. Les applications sont hébergées et accessibles à distance par le biais d’Internet, et ne font plus l’objet d’acquisition de licence définitive.Ces offres de logiciels hébergées concernent toutes les fonctions de l’entreprise (suite bureautique, logistique, messagerie, comptabilité, CRM,..) Elles dispensent l’entreprise des investissements matériels, et logiciels initiaux et lui permettent de s’affranchir des tâches liées à l’exploitation du système (sauvegarde, maintenance, support,…).Lozère Développement organise à POLEN, le 25 octobre 2011 une présentation de cette évolution de l’offre de services informatiques. Jean-Dominique SEVAL – Directeur Général Adjoint, IDATE. L’IDATE est l’un des premiers centres d’études et de conseil en Europe dans le secteur Télécom – Internet et Médias. Jean-Dominique SEVAL coordonne le développement de l’activité Research de l’IDATE (Etudes de marché, services de veille).Olivier LEFEVBRE – GOSIS – Opérateur de Cloud Computing économique et écologique.GOSIS est une jeune entreprise innovante proposant une offre Cloud Computing : ATOLL CLOUD. Hébergée à POLeN, à Mende, GOSIS dispose d’installations techniques sur place et dans d’autres sites en France. L’entreprise vient de réaliser une levée de fonds importante et continue à être soutenue par OSEO Innovation.Source : Lozère DéveloppementLiens : http://www.polen-mende.com/83E204-cloud-computing-et-modele-saas-quels-benefices-pour-les-petites-et-moyennes-entreprises.html
0

« • S’initier au medias sociauxLe réseau des Chambres de commerce et d’industrie met ce guide à disposition des publics qui peuvent s’interroger sur les implications inédites drainées par ces outils.,http://www.cci.fr/web/innovation-et-technologies/s-initier-aux-medias-sociaux• Un espace de Coworking voit le jour à LyonLa Cordée est une entreprise visant à créer un nouvel environnement pour les travailleurs nomades en leur fournissant un espace professionnel et convivial ainsi qu’une communauté de membres diversifiée et soudée, réunie autour de projets professionnels et d’événements communs.http://www.facebook.com/lacordee.lyon• Deux outils en ligne collaboratifs, libres et gratuits : Framapad (éditeur de texte coopératif) et Framadate (organisation de rendez-vous et sondages)Framapad est un éditeur de texte collaboratif en ligne. Plusieurs participants peuvent donc ouvrir/participer à un « pad » (public ou privé). Il est possible d’inviter des collaborateurs qui se voient attribuer une couleur spécifique surlignant leur contribution. Parmi les autres fonctionnalités de Framapad : un module de chat, un historique des versions de textes et la possibilité d’exporter ces écrits.Framadate est un outil pour organiser des rendez-vous, réunions et sondages avec simplicité. Il constitue une alternative libre à Doodle. Pour utiliser Framadate, créer et participer à un sondage (dates…), aucune inscription n’est nécessaire. Deux types de sondages sont mis à disposition : Créer un sondage spécial dates et Créer un sondage classique.http://www.netpublic.fr/2011/08/deux-outils-en-ligne-collaboratifs-libres-et-gratuits-framapad-editeur-de-texte-cooperatif-et-framadate-organisation-de-rendez-vous-et-sondages/• L’étude de MACEO sur le développement du télétravail dans le Massif CentralLe 20 avril 2010, MACEO lançait une étude-action sur le développement du télétravail dans le Massif central. Six territoires étaient associés : conseils régionaux d’Auvergne et de Midi-Pyrénées, Conseils généraux du Cantal, de l’Hérault et du Lot et Syndicat Mixte d’Informatisation des Communes Aveyronnaises (SMICA). Le cabinet CITICA a été retenu, en collaboration avec CONSULTIC, pour réaliser l’étude.http://www.teletravail-massif-central.com• Google + : le nouveau réseau social concurrent de FacebookLancé à la fin du mois de juin, le nouveau réseau social Google + n’est pour l’instant accessible que sur invitation. Il permet d’organiser ses contacts par cercles (Circles) : famille, amis, collègues, clients… Des fonctionnalités «  »pro » » devraient être rajoutées d’ici la fin de l’année.http://lentreprise.lexpress.fr/internet-a-z/google-le-nouveau-reseau-social-concurrent-de-facebook_30561.html »
0

• Etude sur l’innovation dans les entreprises Le ministère de l’Economie des Finances et de l’Industrie(DGCIS) propose en téléchargement sur son site internet, depuis mai 2011, l’étude : « L’innovation dans les entreprises : moteurs, moyens et enjeux ». Ce document rassemble quinze articles sur l’innovation écrits par des chercheurs, à partir des résultats de l’enquête communautaire sur l’innovation (CIS), conduite en France par l’INSEE. http://www.industrie.gouv.fr/p3e/analyses/innovation/innovation.php • L’attestation Pôle Emploi bientôt dématérialisée Un arrêté du 14 juin 2011 (JO du 22/06/2011) expose les conditions de transmission de l’attestation d’assurance chômage à Pôle Emploi, qui se fera par voie électronique à compter du 1er janvier 2012. Modalités pratiques de la transmission Ce processus de transmission sera obligatoire pour les entreprises employant au moins 10 salariés. Les plus petites entreprises pourront continuer à l’envoyer par courrier. Cette transmission pourra s’effectuer de deux manières: – par dépôt de fichier provenant du logiciel de paie de l’employeur. En retour, Pôle Emploi délivrera à l’employeur un accusé de réception de chaque fichier et un compte rendu de chaque attestation incluse dans le fichier déposé. – par saisie en ligne par l’employeur sur le site Internet de Pôle Emploi. Dans les deux cas, l’employeur recevra de Pôle Emploi l’attestation à remettre au salarié. Une attestation pourra être corrigée par l’employeur par la transmission dématérialisée d’une nouvelle attestation. http://blog.ig-conseils.com/dematerialisation-attestation-pole-emploi/ • Rendez-vous hebdomadaire avec la CNIL. Toutes les semaines, dans l’émission « le Droit d’info », France-info diffuse la chronique « Rendez-vous hebdomadaire avec la CNIL » : l’intervention d’un professionnel de la Commission Nationale Informatique et liberté à propos de sujets précis, tels que la conservation des données bancaires sur internet, ou encore les coffres forts électroniques. Ces chroniques sont disponibles sur le web : http://www.france-info.com/chroniques-le-droit-d-info-2011-04-15-les-coffres-forts-electroniques-529954-81-143.html?var_recerche=cnil
0

PREVIOUS POSTSPage 1 of 32NO NEW POSTS